Increase font size Default font size Decrease font size
OOPS. Your Flash player is missing or outdated.Click here to update your player so you can see this content.
History PDF Print E-mail

LES JEUX MEDITERRANEENS

 

Les Jeux Méditerranéens, célébrés tous les quatre ans, constituent pour les pays du Bassin Méditerranéen l’événement sportif pluridisciplinaire le plus important après les Jeux Olympiques.

Ils rassemblent à cet effet les délégations sportives des C.N.O. de la région membres du CIJM dans plus de 25 disciplines.

Ils sont aussi l’occasion de réunir dans un même lieu et dans l’idéal olympique des jeunes venant de trois continents (Europe, Afrique, Asie) très différents par leurs origines, leurs religions et leurs cultures. Pourtant, malgré tous les problèmes, notamment politiques qu’a connus la région, les Jeux Méditerranéens se sont toujours déroulés aux dates prévues dans le lieu choisi.

Historique des Jeux

L’idée d’organiser des Jeux pour les pays de la Méditerranée a été lancée par le Président du CNO égyptien et Vice-Président du C.I.O., Mohamed TAHER PACHA avec l’aide du Grec Ioannis KETSEAS, également membre du C.I.O. Lors des Jeux olympiques de 1948 à Londres, dans une période assombrie par les tensions entre grandes puissances, il présente le projet aux membres du CIO, en soutenant l’idée d’un sport pacificateur, fédérateur.

Les premiers Jeux Méditerranéens furent donc organisés à Alexandrie en 1951 ; la dernière édition s’est tenue à Mersin (Turquie) en 2013 ; voir le tableau ci-après où l’on notera :

• L’augmentation du nombre des pays participants

• L’apparition de concurrentes féminines à partir de 1967 à Tunis

• L’organisation des Jeux en France seulement 2 ans après ceux d’Athènes, la plupart des C.N.O. ayant souhaité que cette compétition se déroule un an après les Jeux Olympiques pour leur permettre de mieux se préparer

• Un parfait équilibre dans l’organisation entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée jusqu’en 2001.

Le C.I.J.M.

Lors de la 3e édition des Jeux Méditerranéens en 1959 à Beyrouth, le responsable de l’organisation, Président du CNO libanais, Gabriel GEMAYEL, également membre du C.I.O., comprit que l’existence de ces Jeux était fragile et décida donc de la création du CIJM qui intervint officiellement le 16 juin 1961.

Cet organisme, organisation internationale non gouvernementale à but non lucratif, composé des CNO membres et des membres du C.I.O. pour ces pays, eut donc pour premier Président Gabriel GEMAYEL, puis Mohamed MZALI (Tunisie), Claude COLLARD (France) et, depuis 2003, Amar ADDADI (Algérie).

Son Secrétariat Général fut assuré, après Ioannis KETSEAS, par Epaminondas PETRALIAS, Nikos FILARETOS, Minos KYRIAKOU et, depuis 2009, Isidoros KOUVELOS, tous grecs.

Le siège du CIJM est fixé à Athènes. Il fut jusqu’en 2005 hébergé par le Comité Olympique Hellénique et est installé depuis dans des locaux mis à sa disposition par le Gouvernement grec.

C’est le CIJM qui est propriétaire des Jeux Méditerranéens et désigne, tous les 4 ans, 6 ans avant l’édition concernée, la ville à qui il en confiera l’organisation.

Il est actuellement constitué des 24 CNO membres à savoir : Albanie, Algérie, Andorre, Bosnie-Herzégovine, Chypre, Croatie, Egypte, Espagne, Ex-République Yougoslave de Macédoine, France, Grèce, Italie, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monaco, Monténégro, Saint-Marin, Serbie, Slovénie, Syrie, Tunisie, Turquie.

En-dehors de son rôle essentiel pour l’organisation des Jeux Méditerranéens, le CIJM :

• Assure la propagation de l’idéal olympique dans les pays du bassin méditerranéen ; les Jeux Méditerranéens sont placés sous le patronage du C.I.O.

• Veille à une juste répartition des droits et devoirs entre les deux rives de la Méditerranée, notamment dans la composition de ses organes de direction, le Comité exécutif comprenant actuellement 14 membres dont 2 femmes

• Lance des opérations de développement et de coopération dans le domaine sportif pour harmoniser les niveaux de pratique dans les pays du bassin

• Vise à coordonner les positions des CNO membres dans les instances internationales.

Son emblème se compose de trois anneaux entrelacés, représentant les trois continents, se reflétant dans la mer, élément commun et rassembleur. Il fit son apparition pour la première fois lors de l’édition de Split en 1979.

Il est régi par la Charte du CIJM, inspirée de la Charte Olympique, qui définit son mode de fonctionnement, ses objectifs et tout ce qui concerne les Jeux Méditerranéens.

Ses langues officielles sont le français, l’anglais et l’arabe.

 

ÉDITIONS DES JEUX MÉDITERRANÉENS:

No Année Ville-Pays   Nombre de pays participants Nombre d’Athlètes
          Hommes Femmes Total
I. 1951 Alexandrie– EGYPTE 10 734 - 734
II. 1955 BarceloneESPAGNE 10 1.135 - 1.135
III. 1959 BeyrouthLIBAN 12 792 - 792
IV. 1963 Naples – ITALIE 13 1.057 - 1.057
V. 1967 Tunis – TUNISIE 12 1.211 38 1.249
VI. 1971 Izmir– TURQUIE 14 1.235 127 1.362
VII. 1975 AlgerALGERIE 15 2.095 349 2.444
VIII. 1979 Split - YOUGOSLAVIE 14 2.009 399 2.408
IX. 1983 Casablanca – MAROC 16 1.845 347 2.192
X. 1987 Lattquié- SYRIE 18 1.529 467 1.996
XI. 1991 Athènes– GRECE 18 2.176 586 2.762
XII. 1993 Agde-Roussillon – FRANCE 19 1.994 604 2.598
XIII. 1997 Bari – ITALIE 21 2.166 790 2.956
XIV. 2001 Tunis – TUNISIE 23 1.972 1.019 2.991
XV. 2005 Almeria –ESPAGNE 21 2.126 1.077 3.203
XVI. 2009 Pescara - ITALIE 23 2.183 1.185 3.368
XVII. 2013 Mersin - TURQUIE 24 1.994 1.070 3.064